09 novembre 2020 ~ 0 Commentaire

Aqta se dessine un nouveau siège près de la gare

 Plusieurs arguments pour défendre ce projet. D’abord le fait que les services d’Aqta sont pour l’instant éclatés en plusieurs endroits, souvent des locations. Aqta est en effet propriétaire des locaux du 40, rue du Danemark construit en 2012, où est installé le siège d’Aqta, ou encore d’une partie des locaux d’Auraylia, 25, rue, du Danemark, et des bâtiments Keriquellan, qui abritent les chantiers d’insertion. Mais pour le reste, les services de l’eau, de l’habitat, ou encore de l’urbanisme, occupent des bâtiments éparpillés et en location. Un éclatement qui a un coût : pas loin de 250 000 € de charges annuelles. L’objectif affiché procède donc d’une « logique économique », mais aussi « d’organisation », pour « assurer un bon fonctionnement des services. »

 Aqta se développe

Car à côté de cela qu’Aqta, créé en 2014, continue à se développer et accumuler de nouvelles compétences. Les effectifs suivent, avec 163 salariés à l’heure actuelle quasi le double depuis les débuts, et ça continue : dix nouveaux postes viennent d’être créés. Cinq sont liés au plan Marshall sur l’assainissement et cinq autres sont des « fonctions support » – juriste, DRH, justement liés au développement d’Aqta. Bref, pour passer ce cap, la solution s’imposait : « Aujourd’hui, Aqta atteint la croissance, une maturité, et nous vous proposons d’aller très loin dans cette réflexion avec la construction de ce bâtiment communautaire », indique Philippe Le Ray. Il serait financé par une partie des ventes de bâtiment, par les économies de location, et par des soutiens de l’État

Le futur bâtiment permettrait, en outre, de pallier quelques défauts de l’ancien – notamment le fait qu’il y ait un manque criant de salles de réunion. « Mais aussi développer de nouveaux services comme l’accueil du public », développe Philippe Le Ray.

 Un nouveau pôle près de la gare

Un nouveau bâtiment, donc, mais où ? Là encore, la piste était préparée. « Un emplacement stratégique » est retenu : une parcelle de 5 ha dans la commune de Brec’h, au nord de la gare et des futurs parkings en cours de construction. « Nous l’avions à l’esprit depuis quelques années, indique Philippe le Ray. Dans cette optique, cette parcelle, qui devait partir en promotion immobilière, avait fait l’objet en 2015 d’une préemption par l’Établissement public de foncière de Bretagne. » Pour le président, installer Aqta là-bas est « aussi un signe fort car nous investissons très fortement sur ce vecteur de développement qu’est la gare ».

Bref, un « bel espace qui va générer d’autres équipements ». Car Aqta espère, aussi, avec cet emplacement à 10 minutes à pied de la gare, entre Lorient et Vannes, attirer, qui sait, des services départementaux. Des réflexions sont engagées avec l’État sur le sujet. Après des études lancées en mars prochain, les travaux débuteraient à l’automne 2023 pour une livraison du bâtiment en septembre 2025.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus