20 janvier 2020 ~ 0 Commentaire

Saint-Pierre-Quiberon. « La fonction de maire est constamment contestée. »

Laurence Le Duvéhat, maire sortante de Saint-Pierre-Quiberon, a décidé de repartir comme tête de liste. Elle avait pourtant fait savoir qu’elle ne briguerait pas de second mandat.

SPQELECTION2

Trois questions à… Laurence Le Duvéhat, maire sortante de Saint-Pierre-Quiberon

Pourquoi ne vouliez-vous pas vous représenter ?

Parce que j’étais malade. Je n’étais pas certaine d’être en mesure d’assumer les fonctions. Puis j’étais usée et fatiguée par un manque de continuité de nos services lié à une grande mobilité de nos agents. Nous avons eu, par exemple, 5 directeurs des services en 5 ans et demi. On perd aussi beaucoup d’énergie avec des personnes qui passent leur temps à contester les décisions de la mairie. On constate d’ailleurs que lors des réunions publiques, ce sont ces mêmes contestataires qui sont les grands absents… On passe aussi beaucoup de temps à maintenir la cohésion de la majorité. Je voulais donc passer la main tout en assurant la continuité de ce qui a été entrepris.

Le costume de maire est-il difficile à porter ?

Assurément. La fonction de maire est constamment contestée. C’est stupéfiant. Les gens ont des demandes démesurées. Ils n’ont pas conscience, ou ne veulent pas comprendre, que nous sommes une commune de 2000 habitants et nous ne pouvons pas avoir les mêmes moyens financiers et humains qu’une grande agglomération ! C’est une fonction lourde où l’on est tout le temps attaqué.

Pourquoi vous représenter dans ce cas ?

C’est une suite d’évènements. En juillet d’abord, plusieurs personnes sont venues me trouver en m’invitant à me représenter. C’est galvanisant et j’ai failli repartir dès cet été. Mais je me suis tenu à ma décision. Tout ce que je voulais, c’était maintenir la cohésion et mener à bien nos projets. En septembre, la majorité s’est toutefois scindée et en décembre, un projet que nous avions pourtant voté à la majorité en juillet a été retoqué. Clairement à des fins électorales. Je ne suis pas assez politique – je suis plutôt sport collectif – mais ce n’est pas possible d’en arriver là au bout de six ans ! J’ai donc décidé de repartir, encouragée par plusieurs habitants. Être entourée d’une équipe nouvelle permet de donner une nouvelle impulsion.
iNFO Ouest france

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus