20 octobre 2019 ~ 0 Commentaire

Le dolmen de Roch-en-Aud va être sécurisé

Le dolmen de Roch-en-Aud, au lieu-dit le Roch, à Saint-Pierre-Quiberon.Classé Monument historique, la santé du dolmen de Roch-en-Aud s’est détériorée ces derniers mois, à l’instar d’un des géants d’Erdeven (Ouest-France de mercredi 16). Une ganivelle doit être posée autour.

 Classé Monument historique, le dolmen de Roch-en-Aud va faire l’objet d’une mesure de sécurisation. Ce mégalithe, qui appartient à l’État, fait l’objet « de dégradations depuis plusieurs années », indique Laure d’Hauteville, architecte des Bâtiments de France, adjointe du Service territorial de l’architecture et du patrimoine (Sdap). La santé du dolmen s’est détériorée « depuis quelques mois », au point que cela devienne « très inquiétant ».

Par sécurité, « une ganivelle doit être installée autour pendant ces vacances de la Toussaint », indique Laure d’Hauteville. Elle mesurera 1,20 m de haut et il sera toujours possible de faire le tour du mégalithe pour le découvrir sous tous les angles. Cette clôture est « temporaire, en attendant une restauration », souligne Laure d’Hauteville. Il n’est pas prévu de placer le dolmen derrière une haute palissade en bois, comme son cousin d’Erdeven (Ouest-France de mercredi 16).

Pierres de calage enlevées

Qu’est-il arrivé au dolmen de Roch-en-Aud, pour qu’il présente de tels signes de fatigue ? Au fil du temps, des gens « disloquent ce monument en retirant des pierres de calage ». Techniquement, un dolmen est constitué de pierres dressées, alignées par rapport aux autres : elles supportent les dalles de couverture. L’ensemble « forme une chambre funéraire », décrit Laure d’Hauteville. Et était recouvert de terre, composant alors un tertre. « Pour éviter que la terre s’infiltre dans la chambre funéraire, des pierres de calage étaient placées. Elles participent à la structure du monument. » Sans elles, les « grosses pierres commencent à être déstabilisées ».

Le principe sur les sites mégalithiques reste toujours « de laisser libre accès ». Il n’est « pas question de clôturer à vie ». L’objectif : « Restaurer assez solidement pour que les gens continuent à y aller », que les monuments « fassent partie de leur vie de tous les jours ».

L’entretien confié aux chantiers d’insertion d’Aqta

Les services de l’État veulent aussi « mieux communiquer » sur « comment on appréhende » les monuments, sur « les bons gestes » à adopter par le public. Comme « ne pas monter dessus, ne pas ôter les pierres ». De fait, parfois (ce n’est pas la raison pour ce monument de Saint-Pierre), des pierres sont ôtées pour… placer ou trouver des objets de géocaching, loisir qui consiste à utiliser le GPS pour les rechercher ou pour les dissimuler.

Dans le pays d’Auray, deux monuments ne sont pas en forme, mais « les autres vont plutôt bien », poursuit Laure d’Hauteville.L’État a confié leur entretien courant aux chantiers d’insertion de l’intercommunalité Auray Quiberon terre atlantique (Aqta).
Le dolmen de Roch-en-Aud va être sécurisé
INfo Ouest France

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus