16 juin 2019 ~ 0 Commentaire

Grand site dunaire Gâvres-Quiberon. 20 ans d’écueils contournés

adrien-le-formal-president-du-syndicat-mixte-gavres_4631901_540x270pIl aura donc fallu 20 ans pour tamponner le label Grand site de France sur les Dunes sauvages de Gâvres à Quiberon. 20 ans d’efforts et de vigilance des élus, 20 ans d’actions citoyennes, de ficelage du dossier par le syndicat mixte Gâvres Quiberon… Le résultat vient encore rajouter des devoirs et des exigences mais donne l’assurance de préserver ce joyau du littoral. Alors que le label a été officiellement remis, ce vendredi 14 juin, Adrien Le Formal est un président heureux.

1999. « Je n’étais pas encore dans l’aventure. Mais c’est cette année-là que quelques élus de gavres-quiberon-le-label-de-grand-site-de-france-officiellem_4632452_540x269pGâvres à Quiberon ont décidé de se rassembler pour recoudre la cohérence du cordon dunaire. Il faut se rappeler qu’à l’époque, ça ne ressemblait pas du tout à cela. Les gens stationnaient n’importe comment sur la dune, en se garant au plus près de la plage, il y avait des nuées de tentes qui se plantaient là, des décharges sauvages et des nuages d’oiseaux qui venaient s’y nourrir… Une poignée d’élus, avec le Département du Morbihan et le Conservatoire du littoral ont décidé de partir à la reconquête de nos paysages emblématiques ».

 2000. Un dossier de candidature à une opération Grand site (OGS) est déposé auprès du ministère de l’Environnement. « L’urgence est d’enrayer les dégradations des sites les plus fragilisés. Il faudra deux OGS, de 2000 à 2017, pour redonner au site ses qualités paysagères. Notre chance, cela a été la présence de l’Armée, qui a permis de garantir la protection d’une partie du littoral, de Gâvres à Quiberon ». La reconquête passe par des travaux qui vont progressivement redonner sa splendeur d’antan au site. « La création des cheminements, la réhabilitation d’aires de stationnement ou leur recul à Kervégant, à Plouhinec, ou sur la Côte sauvage, mais aussi la réalisation de la voie littorale entre Quiberon et Erdeven, la plus fréquentée de Bretagne… ». Les voitures et les aires de stationnement laissent place au plus vaste espace naturel littoral de Bretagne.

2008. « Je deviens maire de Plouhinec, puis président du syndicat mixte Gâvres Quiberon. Quand j’arrive, la structure est à court de souffle… Elle a énormément donné ». La solution viendra du Département, en 2012. Son adhésion apporte une énorme bouffée d’oxygène à des finances au bord de l’asphyxie.

2009. Le Peuple des dunes, en lutte depuis 2006 contre le projet d’extraction de granulat marin, obtient gain de cause : le cimentier Lafarge abandonne le projet après un avis défavorable du préfet maritime. « Je reste persuadé que c’est Jean-Louis Borloo, alors ministre de l’Écologie, qui a fait pencher la balance avec l’appui de la Marine nationale ».

2011. La grosse tuile. Le TK Bremen, un cargo de 109 mètres et de 6 000 tonnes vient s’échouer sur le sable de Kerminihy, à Erdeven. Le travail de préservation du site en prend un gros coup. L’expertise du syndicat est précieuse et lui vaudra un prix Natura 2000 remis par le ministère en charge de l’Environnement.

2017-2018. Le dossier de candidature est déposé le 15 novembre. Un an plus tard, le syndicat est auditionné par la commission supérieure des sites puis désigné 18e Grand site de France. « C’est 25 ans d’engagement mais ce n’est pas une fin : notre projet comprend des nouvelles opérations comme la restauration du fort de Porh Puns, la finalisation de la voie verte entre Erdeven et Gâvres, l’aménagement d’aires de stationnement, le développement des aires marines éducatives… », se projette Adrien Le Formal.

Article et Photo : Le Télégramme

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus