13 juin 2018 ~ 0 Commentaire

Maxime MAUFRA: Une expo EXTRA-ORDINAIRE à Saint Pierre

téléchargement (2)  téléchargement (1)

Du 16 juin au 31 août, sera célébré le centenaire de la mort du peintre Maufra. Il a vécu une période de sa vie à Kerhostin et s’est inspiré des paysages de la presqu’île. La médiathèque de Saint-Pierre-Quiberon est en pleine préparation de  » L’exposition événement » en hommage à Maxime Maufra. – C’est une exposition « extra-ordinaire » qui s’annonce. Jamais autant d’œuvres de l’artiste n’auront été rassemblées en un même lieu. Vous pourrez découvrir cette exposition à partir de  samedi prochain. Vous ne serez pas déçu.

Quelques mots sur l’artiste:

Maxime Maufra s’initie à la peinture avec les frères Alfred et Charles Leduc  à Nantes, en 771977796ecca5cee2816706122dd031--modern-art-oil-on-canvasreproduisant des paysages des bords de Loire, Son père ayant décidé d’en faire un homme d’affaires, il part en séjour linguistique en Angleterre à Liverpool. Sur place il découvre ce qu’est réellement la peinture, notamment celle de Turner. De retour en France, il est alors initié à l’impressionnisme par Charles Le Roux.

En 1886, il participe à l’Exposition des beaux-arts de Nantes qui se tient tous les trois ans et à laquelle sont conviés les peintres déjà consacrés et ayant participé au Salon parisien, dont Eugène BoudinLéon BonnatPierre Puvis de ChavannesJules-Élie DelaunayÉmile Dezaunay, avec lequel il va lier une grande amitié. Ce dernier lui faite rencontrer Camille PissaroAuguste RenoirGeorges Seurat ou Alfred Sisley.

maxime-maufra-larche-de-port-blanc-presquîle-de-quiberonCe n’est qu’en 1890 qu’il quitte son activité professionnelle pour se consacrer pleinement à la peinture. Il s’installe à Pont-Aven après avoir rencontré Paul Gauguin en 1890. Il fréquente, en 1891 et 1892, l’auberge de Marie Henry au Pouldu en compagnie de Charles Filiger.

Très influencé par Gauguin, Il finit par approfondir sa propre voie en abordant les paysages avec une prédilection pour les marines de Bretagne. 

Après un voyage en Écosse à l’été 1895, il épouse à Londres Céline Le Floch, dont il avait fait la connaissance à Pont-Aven.

Il séjourne ensuite à Quiberon, à la pointe du Raz, dans la presqu’île de Crozon et en de nombreux autres lieux. Il s’installe en 1903 dans une petite ferme à Kerhostin, dont il fait l’acquisition en 1910. Il va essayer sans succès de reconstituer un petit groupe en ces lieux. Seul Léon Duval-Gozlan (1853-1941), lassé de la vie parisienne, viendra le rejoindre.

En 1916,  Il est nommé peintre de la Marine .

Militant régionaliste, Maxime Maufra est l’un des animateurs de la section « beaux-arts » de l’Union régionaliste bretonne.

Il meurt d’une crise cardiaque le 23 mai 1918 au Pont à Poncé, où il avait planté son chevalet.

Par Jacques C

Photo Pinterest

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus