10 avril 2018 ~ 0 Commentaire

Au large des Birvideaux – Il y a 101 ans, l’incroyable aventure d’un marin

Le cargo l'Orono, construit en 1896, fut racheté en 1909 par la Cunard Line, compagnie du fameux Carpathia, navire sauveur du Titanic. Rebaptisé Le Thracia, le cargo coula en 1917 au large de la côte sauvage.

C’est le 28 mars au matin de l’année 1917. Le midship Douglas Duff vient de vivre une nuit d’enfer. Embarqué sur le cargo britannique Le Thracia, il a quitté Bilbao pour livrer une cargaison de minerai de fer à Ardossan en Écosse.

Le 27 mars, dans la soirée, il est intégré dans un convoi sous Belle-Ile et, escorté par un patrouilleur français, navigue vers Groix. Un peu après 20 h, il double le phare des Birvideaux. La mer est calme. Le midship vient de terminer son quart et s’apprête à se coucher. Le canonnier Mass est à son poste, sa batterie est chargée. La vigilance est de rigueur dans ces eaux, terrain de chasse des sous-marins allemands.

« 1917 fut l’apogée de la guerre sous-marine, précise Gildas Gouarin. Le Thracia n’a pas été épargné. À 21 h 30, une formidable explosion retentit. Le cargo de la célèbre compagnie anglaise Cunard Line est torpillé. » En moins d’une minute, Le Thracia coule.

Deux survivants

Projeté dans l’eau glacée, le canonnier est vite récupéré par le vapeur Nordborg. Douglas Duff, avec six hommes, se cramponne à la coque d’un canot. Les uns après les autres, ils lâchent prise. Le midship se retrouve seul dans la nuit noire. Quand soudain, le sous-marin fait surface, à 30 m de lui.

« Le commandant du sous-marin s’adresse au naufragé pour lui soutirer des informations. Mais le midship l’envoie balader, raconte Gildas Gouarin. L’officier allemand prend ombrage et le fait mettre en joue. Puis il se ravise et décide de lui laisser sa chance. » Douglas Duff se retrouve de nouveau seul dans la nuit.

Sur les38 hommes d’équipage du Thracia, il n’y aura que deux survivants. Dans la matinée du 28 mars, le midship est en effet recueilli par un chalutier.

36 m de fond

L’épave du Thracia est découverte en 1991 par Gildas Gouarin et Elie Coantic. Elle repose par 36 m de fond, à 1,5 mile au nord des Birvideaux. En 1996, le canon, les deux ancres et l’hélice sont remontés. Une des ancres, de 2,8 t, est offerte à la ville du Grand-Bornand. Les autres pièces restent à Quiberon, dont le canon exposé au musée. 593 000 tonnes de navires ont été coulées, rien qu’en mars de cette année.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus