29 septembre 2017 ~ 0 Commentaire

L’ ENVSN dans la tourmente.

 LL'Ecole nationale de voile de Quiberon est aujourd'hui dans la tourmente : des choix sans doute douloureux devront être faits.

L’Ecole nationale de voile de Quiberon est aujourd’hui dans la tourmente : des choix sans doute douloureux devront être faits.

L’Ecole nationale de voile de Quiberon est menacée de fermeture après un rapport de la Cour des Comptes qui pointe la perte de sa vocation d’école nationale, sa sous-activité chronique et le coût de fonctionnement de cet établissement public lancé en 1970.

L’enquête
La cour a donc examiné les comptes et la gestion de la Fédération française de voile (FFV) et de l’École nationale de voile et des sports nautiques (ENVSN) pour les exercices 2005 à 2014. Elle a actualisé ses contrôles par une enquête en 2016 sur les soutiens de l’État aux sports de voile.

Le rapport
Le rapport conclut que la FFVoile a « trouvé sa place » mais que l’ENSV, surnommée la « belle endormie » par ses détracteurs, « voit son activité décliner ». Selon le rapport, l’ENSV, où les changements d’équipes de direction ont été fréquents et où les taux d’absentéisme et de maladie sont élevés depuis 2012, ne remplit plus ses différentes missions, notamment de formation. Que, depuis 2014, les équipes nationales ne s’y entraînent plus. En clair, que l’Ecole nationale n’est plus un outil adapté, qu’elle se retrouve en concurrence avec la FFVoile et surtout qu’elle manifeste une dépendance croissante aux subventions de l’État.

Les chiffres
L’Etat finance l’ENVSN Quiberon et la FFVoile, à hauteur de 4,1 M€ pour la première et 7,4 M€ pour la deuxième. Or, les ressources de l’Ecole nationale tournent autour de 1 M€ pour un budget de fonctionnement de 5,3 M€, dont 70 % de masse salariale (70 salariés). Depuis 2009, l’Etat a augmenté son soutien de 26,5 %, soit un taux de dépendance à la subvention de 80 %, alors que le taux moyen d’occupation des chambres est de 30 %.

L’avenir

L’ENSV n’a plus le choix. Soit elle évolue, soit elle ferme. C’est ce que préconise le rapport qui propose une solution : « La Cour recommande de définir, conjointement avec le Conseil régional de Bretagne, les modalités d’un rattachement organique de l’école au Campus de l’excellence sportive de Bretagne (NDLR : ex-Creps de Dinard) ». La Région Bretagne y est favorable, l’ENVSN pourrait intégrer le campus en tant que membre. « On doit trouver des synergies entre l’ENVSN et le campus. Un rapprochement oui, mais il faut définir les conditions. On attend les nouvelles directives de la ministre », explique Pierre Pouliquen, vice-président de la Région Bretagne, en charge des Sports et de la Jeunesse.

L’avis de la ministre
La ministre des Sports, Laura Flessel, s’est exprimée sur le sujet le 11 septembre. Elle soutient le rapprochement avec le campus et souhaite que l’Ecole nationale reste à Quiberon. « Ce transfert de compétences devra obligatoirement être associé à la mise en place des mesures de compensation financière au bénéfice de la région », écrit-elle. Mais la championne olympique à l’épée en 1996 a aussi prévenu : « Je n’exclus pas la fermeture si l’opération de transfert venait à échouer ». Jean-Yves Le Déroff, à la tête de l’ENVSN Quiberon depuis juillet 2016 et ex-directeur du Campus de Bretagne et Nicolas Hénard, fraîchement élu à la tête de la FFVoile, tous deux sacrés champions olympiques de Tornado à Séoul en 1988, vont devoir trouver des solutions…

Info: Le Télégramme 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus