04 juillet 2014 ~ 0 Commentaire

Entretien avec Laurence LEDUVEHAT

veut-mettre-en-avant-les-points-forts-de-la-commune

« On veut mettre en avant les points forts de la commune »

Entretien avec Laurence Le Duvéhat, après 3 mois de mandat 

Comment vivez-vous votre début de mandat ?

Il est savoureux par certains aspects. J’adore, par exemple, les rencontres avec les représentants de l’État pour traiter de sujets importants. On a un plan communal de sauvegarde à bâtir. La destruction de la digue de Penthièvre a été reconnue comme catastrophe naturelle. Je trouve très belle cette énergie commune pour travailler sur des projets d’ampleur. J’ai aussi été étonnée par le nombre de sollicitations d’habitants. En plus du bulletin municipal, ça serait bien de créer une lettre d’information sur internet.

Ce n’est pas trop dur d’être maire quand on a une activité professionnelle ?

Je suis médecin généraliste à temps partiel. Je consacre trois jours à mon activité professionnelle, le reste du temps, je suis en mairie. C’est dense mais c’est une question d’organisation, d’anticipation. On voulait y être, on y est, on est content d’y être.

Quel bilan tirez-vous de ces cent premiers jours ?

On a engagé plein de choses. On élabore de nouveaux sites internet pour la mairie et l’office de tourisme. Ils seront beaucoup plus ludiques et interactifs. On a traité plus de cent dossiers d’urbanisme dont plusieurs contentieux. Tout ça, c’est du pratique, du productif. On a rencontré les acteurs économiques de Saint-Pierre. On a vu les associations. J’ai terminé des entretiens individuels avec les agents municipaux. Le 8 juillet, on a une réunion avec les artisans, car on a le désir d’aménager la zone de Kerbois en Qualiparc. On essaie de fédérer toutes les forces vives.

Quid de la polémique sur le nouveau logo de la ville ?

C’est une polémique ridicule lancée par l’opposition. Ça n’intéresse personne. Cette affaire montre que Geneviève Marchand a du mal à quitter son poste. Je ne renie pas ce qu’elle a fait, mais elle n’est plus maire. Il faut qu’elle nous laisse travailler.

Vous voulez renforcer l’attractivité de Saint-Pierre…

Oui. Prenez le Port-d’Orange, il est méconnu par rapport à Portivy. Pourtant, c’est un endroit magnifique. On va installer une photo de 3 m sur 1,80 m pour inciter les gens à s’y arrêter. On a aussi commencé le nettoyage des plages. C’est important pour l’attractivité de Saint-Pierre. On veut mettre en avant les points forts de la commune : la Côte Sauvage, la baie, le Port-d’Orange, Portivy, le surf… La mer doit être un moteur. Il y a également l’École nationale de voile. Elle a une volonté de s’ouvrir au public. C’est bien, car c’est un joyau de Saint-Pierre.

Que peut apporter Auray Quiberon terre atlantique à la commune ?

Jusqu’ici, Saint-Pierre était une commune isolée. Avec Aqta, on le sera beaucoup moins. L’intercommunalité sera très utile sur des sujets comme les zones de développement économique ou le plan local de l’habitat. On a un projet d’hébergement temporaire pour personnes âgées. Pour cela, la commune dispose de 1 800 m2 de terrain près du centre culturel. C’est le genre de projet communautaire que peut favoriser Aqta.

Comment envisagez-vous les relations avec Quiberon ?

On a d’excellents rapports avec le maire Bernard Hilliet. A Aqta, il est vice-président en charge du tourisme. C’est une énorme chance pour la presqu’île.

On est dans une démarche de mutualisation avec Quiberon. On veut une ouverture de Saint-Pierre à l’intérieur de la commune et aussi à l’extérieur.

David DUPRÉ.

Ouest France 4 juillet 2014

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus