26 février 2014 ~ 0 Commentaire

François DUBOIS s’explique

notre-preoccupation-commune-est-de-bien-vivre-saint-pierre

Entretien avec François Dubois, tête de la liste  « Saint-Pierre Quiberon, cap sur l’avenir ».

 

 

« Notre préoccupation commune est de bien vivre à Saint-Pierre »

Ouest FranceOu en êtes-vous de votre programme ?

Notre liste sans étiquette s’est constituée autour de l’équipe municipale sortante puisque sept d’entre nous ont fait partie de cette équipe. Les douze autres candidats viennent d’horizons différents, nous nous sommes réunis autour d’une préoccupation commune : Bien vivre à Saint-Pierre.

Depuis un an, nous travaillons à établir un programme (sur saintpierrequiberon-cap-avenir.fr), pour lequel nos divergences politiques n’ont pas de prise, ce programme nous appartient à tous. Il s’articule autour de cinq points très concrets que nous prendrons le temps d’exposer très bientôt. Pour le moment, nous allons vers les Saint-Pierrois, et au-devant des associations et des acteurs économiques de la commune pour les inviter à nous rencontrer, à dialoguer sur l’avenir.

Ouest France : Comment envisagez-vous cet avenir ?

Saint-Pierre est classée commune touristique, c’est une de ses particularités, cela engendre des devoirs et lui donne un certain label. C’est pour cela que l’office du tourisme a été créé.

C’est aussi un ensemble de villages, avec des identités particulières. Malheureusement, ses villages à l’année, ne sont pas suffisamment habités, pour trouver une dynamique en leur sein. Il est essentiel d’établir un lien entre ses villages, de créer un centre de vie, et d’harmoniser notre commune.

Un de nos projets est de faire du centre bourg, un pôle de vie qui offrirait à chacun, jeunes et anciens, les prérogatives d’une commune à part entière. Autour de lieux de rencontres culturelles et économiques, de logements locatifs et d’une nouvelle mairie qui pourrait mieux accueillir les administrés et les conseiller.

L’avenir de la commune doit s’inscrire de façon dynamique et pérenne pour satisfaire à toute sa population qu’elle soit résidente permanente ou par intermittence.

Ouest France: Que pensez-vous de l’entrée de Saint-Pierre dans la grande intercommunalité à 24 ?

Pendant deux ans, les représentants des communes ont travaillé pour se mettre d’accord sur les compétences facultatives qu’elles désireront mettre en commun. On doit mesurer le travail d’osmose qui a été réalisé entre les communes et en bonne intelligence, pour construire ce projet.

Auray Quiberon terre atlantique est née, l’aventure ne fait que commencer et tout reste à construire. Saint-Pierre ne sera plus une commune isolée et cela n’engagera aucune dépense. À 24, on est plus fort, c’est la naissance d’une nouvelle entité.

photo equipe DUBOIS

de gauche à droite, 1er rang: Jean-Yves Morizon, Sylvie Cottin, Elisabeth Le Bihan, François Dubois, Nadine Morineau-Ferrero, Philippe Chevalier, Hélène Jaouen-Bonneville. 2e rang: Adeline Rossignol, Jean-Marie Delsart, Gaelle Le Pennec, Cathy Guitilla, Frédérique Allorge, Elisabeth Morizon, Franck Michalczyk, Guillaume Le Priellec. 3e rang:Bernard Loezic, Georges Pruvost, Alain Travers, Jacques Le Hyaric.

————————————

 

François Dubois, tête de liste a accepté de répondre à nos questions. (Le Télégramme 26 février))

Le Télégramme : Quelle est l’idée principale de votre programme ? 
Notre préoccupation est de permettre de bien vivre toute l’année à Saint-Pierre. Notre programme s’articule sur le dynamisme de la vie locale. Avec la construction d’une mairie, intégrant le local saisonnier de gendarmerie et l’ADMR (Association d’aides à domicile), de logements, d’une halle couverte. Nous voulons un centre-bourg réunissant jeunes et moins jeunes autour de lieux culturels et économiques.

Le Télégramme : Mais Saint-Pierre, ce n’est pas que son centre-ville ? 
Nous avons une vision structurante du territoire, de Penthièvre jusqu’au Rohu. Nous proposons de sécuriser, embellir les axes et les villages, refaire les chaussées, améliorer la signalétique, poursuivre l’effacement des réseaux. Nous continuerons d’appuyer la réalisation d’itinéraires cyclables et nous serons actifs pour défendre les transports en commun. Pour les jeunes par exemple, nous souhaitons négocier un « pass jeune presqu’île ».

Le Télégramme : Et en matière de développement économique ? 
Il y aura la création d’une nouvelle zone d’activités sur l’ancien terrain militaire. Nous accompagnerons le développement de petites exploitations agricole dans les zones prévues au Plu (Plan local d’urbanisme) Nous mettrons en place un « référent économique » non élu, chargé d’aider les porteurs de projets.

Le Télégramme : Avez-vous chiffré votre programme ? 
Nous avons pris comme référence le dernier mandat, où environ 7 M€ d’investissement ont été réalisés. Durant ces six années, nous avons désendetté la commune de 1 M€ alors que nous n’avons pas eu recours à des augmentations d’impôt mis à part la première année (+ 2,5 %). Mais compte tenu des incertitudes sur les dotations d’état, il serait fanfaron de promettre qu’il n’y aura pas d’augmentations un moment venu.

Le Télégramme : Comment jugez-vous la création de l’intercommunalité ? 
Je lis ça et là, des élus voulant « défendre leur commune au sein d’AQTA (Auray Quiberon Terre Atlantique ». Pour ma part, je ne trouve pas que Saint-Pierre soit attaquée. Je pense que cette mutualisation est une chance d’offrir à notre population des services que nous n’aurions pas pu lui apporter en restant isolée. Côté finance, AQTA impactera de 0,3 % le foncier bâti, mais par contre, les professionnels saint-pierrois, devraient payer moins.

———————————————–

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus